Dr Chloé Solatges
07 81 00 47 73
Lundi, Mardi, Jeudi et Vendredi, 9h—19h

Les maladies du bas appareil urinaire félin (MBAUF)

Qu’est-ce que c’est ?

Les maladies du bas appareil urinaire sont un groupe d’affections à l’origine d’une inflammation de la vessie ou de l’urètre. Les chats atteints montrent fréquemment des signes comparables à ceux d’une cystite chez l’Homme.

Ces maladies regroupent : les calculs (cailloux), les infections urinaires, les polypes ou les cancers de la vessie… c’est-à-dire toutes les maladies susceptibles de causer les symptômes suivants :

  • Une difficulté à uriner, qui s’exprime par des mictions fréquentes, douloureuses, en petite quantité, avec des urines parfois teintées de sang
  • Un changement de comportement, parce que l’animal est anxieux, agité, et urine dans des endroits inappropriés (hors de la litière par exemple).

Lorsqu’un chat présente ces symptômes, cela nous oriente vers une maladie du bas appareil urinaire. Il faut alors en chercher la cause. Si aucun signe de maladie n’est détecté, le diagnostic est celui d’une cystite idiopathique féline, c’est-à-dire d’une inflammation de la vessie et de l’urètre sans cause déterminée.

Quels sont les facteurs de risque ?

Certains facteurs de risque ont été identifiés dans ces maladies :

  • Alimentation
    Une teneur en minéraux élevée dans l’alimentation peut augmenter la probabilité de formation des cristaux dans l’urine (en particulier, le magnésium et le phosphore, mais aussi le calcium). Certains aliments ont une teneur en ces minéraux excessive, et c’est le cas de nombreux aliments proposés en supermarché.

  • Sexe de l’animal
    Les chats mâles et femelles sont également touchés par les maladies bas appareil urinaire félin. Toutefois, l’urètre du mâle est plus long et étroit, donc la plupart des complications par obstruction se développent chez les mâles. Si elles ne sont pas traitées précocement, ces complications peuvent endommager définitivement les reins du chat : c’est pourquoi, un chat mâle ne parvenant pas à uriner doit recevoir des soins vétérinaires d’urgence.

  • Condition physique et mode de vie
    Le manque d’exercice et le surpoids prédisposent aux maladies du bas appareil urinaire.
    Les chats vivant en intérieur, ne buvant pas suffisamment d’eau et disposant d’un bac à litière insuffisamment nettoyé sont également prédisposés à développer des maladies du bas appareil urinaire, car ils urinent moins souvent, ce qui favorise le développement d’infections ou de calculs.

Quels sont les examens nécessaires ?

Parce qu’il existe plusieurs causes de maladies du bas appareil urinaire, il est nécessaire de réaliser un certain nombre d’examens :

  • Analyse d’urine classique avec mesure du pH urinaire,
  • Analyse d’urine approfondie dans un laboratoire afin de mettre en évidence des bactéries ou des cristaux microscopiques,
  • Prise de sang pour évaluer les répercussions sur les reins et la quantité de minéraux dans le sang,
  • Echographie ou radiographie de la vessie et des reins.

Quel est le traitement ?

Les objectifs du traitement sont de soulager rapidement l’animal, d’éviter les complications et d’éviter au maximum les récidives.
Les maladies du bas appareil urinaire sont à l’origine de douleur et de stress : c’est pourquoi dans la première phase du traitement, un antalgique ou un anti-inflammatoire peuvent être prescrits.

En cas d’infection urinaire, le chat recevra des antibiotiques pendant une période de 10 à 15 jours, suivie d’un nouveau prélèvement d’urine pour vérifier l’efficacité du traitement.

Si des calculs de grande taille sont trouvés dans l’urètre ou la vessie, il peut dans certains cas être nécessaire d’hospitaliser le chat en vue de leur retrait sous anesthésie générale. Les calculs sont ensuite envoyés dans un laboratoire pour analyse, afin de connaître précisément leur nature.

Les petits calculs, quant à eux, peuvent parfois être dissous à l’aide d’une alimentation spéciale. En effet, certains aliments ont été développés dans le but de modifier le pH des urines et leur concentration en minéraux. L’objectif est de rendre les urines inodores, incolores et bien transparentes, car elles sont ainsi beaucoup moins susceptibles de produire des calculs. Ces aliments existent sous forme de croquettes ou de pâtée. Il peut être intéressant de proposer de la pâtée au chat, car cela augmente la quantité d’eau dans la ration. Dans le cas où le chat serait réfractaire à la pâtée, d’autres moyens pour favoriser la prise de boisson doivent être mis en œuvre, par exemple en utilisant une fontaine à eau ou des arômes dans l’eau de boisson.

Comment peut-on éviter les rechutes ?

Voici ce qu’on pourrait appeler les 10 commandements du propriétaire de chat à MBAUF :

  1. Ne donnez que l’aliment prescrit par votre vétérinaire, sans aucune friandise, reste de table ou supplément.
  2. Veillez à ce que votre chat dispose d’une eau propre et fraîche en permanence.
  3. Favorisez l’exercice de votre animal : offrez-lui un arbre à chat, jouez avec, mettez sa gamelle en hauteur.
  4. Surveillez le poids de votre chat.
  5. Surveillez de près la propreté du bac à litière.
  6. Utilisez une litière inodore à base de gravier agglomérant.
  7. Si vous avez plusieurs chats, ménagez un espace privilégié pour chacun d’eux, en particulier avec une litière par chat.
  8. Si votre chat reste anxieux, un traitement à base de phéromones apaisantes (Feliway©) peut l’aider. Demandez conseil à votre vétérinaire.
  9. Faites des suivis réguliers chez votre même en l’absence de symptômes.
  10. Si vous constatez que votre recommence à ne pas uriner correctement, n’attendez pas : consultez votre vétérinaire.

Quel est le pronostic ?

Les maladies du bas appareil urinaire sont ennuyeuses parce qu’elles sont douloureuses et récidivent souvent. Néanmoins, la plupart des crises se résolvent sans séquelles en quelques jours. Certaines nécessitent un traitement de fond qui durera toute la vie de l’animal, mais dans la plupart des cas, le chat vit une vie parfaitement normale et heureuse entre les crises. Certains chats ne récidivent d’ailleurs jamais. C’est donc un ensemble de maladies dont le pronostic est assez aléatoire, et généralement favorable.

Traduit et adapté d’après Jodi L. Westropp in Ettinger’s Veterinary Textbook Of Internal Medicine, 6th Ed. et www.hillspet.fr.