Dr Chloé Solatges
07 81 00 47 73
Lundi, Mardi, Jeudi et Vendredi, 9h—19h

Le collapsus trachéal

Qu’est-ce que c’est ?

Le collapsus trachéal affecte le plus souvent des chiens adultes à âgés. On le suspecte si le chien manifeste une toux bruyante qui se déclenche lorsqu’il est excité, actif, ou pendant qu’il boit. Parfois même, une toux sèche se déclenche sans stimulation. La gravité des symptômes est variable, et peut aller jusqu’à un essoufflement sévère, une détresse respiratoire, et une coloration bleutée des muqueuses (appelée cyanose).

Les chiens en surpoids sont prédisposés, mais la maladie peut également se déclencher chez des chiens minces. A l’auscultation cardiaque, il est fréquent que le vétérinaire relève un souffle lié à une maladie concomitante des valvules cardiaques.

Le collapsus trachéal survient lorsque les cartilages de la trachée se ramollissent. Voici l’aspect normal d’une trachée (Fig. 1) :

Fig. 1

Lorsque le ligament du muscle trachéal dorsal se distend (Fig. 2), la trachée tend à s’écraser sur elle-même, ce qui gène la circulation de l’air.

Le collapsus trachéal a fréquemment des répercussions sur les poumons, le cœur, le foie et le rein. Par ailleurs, les problèmes dentaires, les infections et l’obésité en sont des facteurs aggravants.

Quels examens sont nécessaires ?

Le diagnostic de collapsus trachéal est d’abord fait au regard de l’historique de la maladie. En cas de collapsus trachéal, le vétérinaire parvient à déclencher la toux en palpant les structures de la région du cou, mais ce n’est pas spécifique de cette maladie. Par ailleurs, des radiographies du cou permettent d’identifier les modifications de la trachée en phase inspiratoire et expiratoire. Elles peuvent être complétées par une endoscopie de la trachée.

Fig. 2

Des examens sanguins sont également nécessaires pour identifier les causes et les conséquences de la maladie sur les différents organes de votre animal.

Quel est le traitement ?

Le traitement du collapsus trachéal se fait en quatre temps :

Pendant la phase aigue, les symptômes de détresse respiratoire et de toux sévère peuvent être améliorés par l’utilisation de médicaments qui détendent la trachée et les poumons et tranquillisent votre animal. Si du liquide s’est accumulé dans les poumons, on utilise également des diurétiques, et des anti-inflammatoires utilisés de manière succincte permettent de lever l’inflammation des tissus pulmonaires. En cas d’infection, on ajoute des antibiotiques. Des antitussifs peuvent être prescrits à moyen ou long-terme pour améliorer le confort de votre animal.

Dans un second temps, des médicaments servant à supprimer le spasme bronchique secondaire à l’inflammation sont utilisés, et la prescription d’antitussifs est généralement reconduite. C’est la phase de stabilisation du traitement. Des administrations succinctes d’anti-inflammatoires peuvent être nécessaires si des phases aigues ressurgissent.

Il s’agit dans un troisième temps de traiter les facteurs aggravants : infections des poumons ou du pharynx, infections dentaires, contrôle du poids, évaluation de la fonction thyroïdienne, problèmes hépatiques, maladie cardiaque concomitante. Le diagnostic et le traitement de ces maladies modifie de manière significative le pronostic à long-terme pour votre animal.
Enfin, une correction chirurgicale peut être indiquée si votre animal est jeune ou bien en parfaite santé en dehors de son problème de trachée. Il s’agit d’une opération visant à resserrer le ligament distendu, de manière à reconstruire un conduit laissant passer l’air correctement. Les animaux plus vieux ou souffrant d’autres maladies ne sont pas de bons candidats pour cette opération.

Quel est le pronostic ?

Le pronostic est bon lorsque la maladie est diagnostiquée de manière précoce et que l’animal répond bien au traitement. Il peut être sombre si des épisodes de détresse respiratoire surviennent, parce que ces épisodes peuvent conduire à la mort subite du chien.

Il vous faut être conscient que le traitement à long terme de cette maladie peut être frustrant, et que des épisodes de toux continuent généralement de survenir, par phases, même lorsque le traitement est correctement réalisé. N’hésitez pas à demander avis à votre vétérinaire si vous avez l’impression qu’il ne suffit plus.

Traduit et adapté d’après Stephen J. Ettinger, in Textbook of Veterinary Internal Medicine, 6th Edition et Ecole Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort.