Dr Chloé Solatges
07 81 00 47 73
Lundi, Mardi, Jeudi et Vendredi, 9h—19h

L’hyperthyroïdie du chat

Qu’est-ce que c’est ?

La thyroïde est une glande située dans le cou, de part et d’autre de la trachée. Elle produit une hormone, la thyroxine, dont le rôle principal est de régulier le métabolisme basal, c’est-à-dire la vitesse de fonctionnement des cellules. Lorsque trop d’hormone thyroïdienne est produite, on parle d’hyperthyroïdie : les cellules vont trop vite. Lorsqu’il n’y a pas suffisamment de thyroxine, on parle d’hypothyroïdie. C’est beaucoup plus rare chez les chats.

A ce jour, on ne connaît pas la cause de l’hyperthyroïdie. Toutefois, elle est le plus souvent liée à une tumeur bénigne (non cancéreuse) de la thyroïde qui produit de la thyroxine en quantité excessive.

Quels en sont les symptômes ?

Parmi les symptômes les plus communs de l’hyperthyroïdie, on trouve :

  • Perte de poids et de masse musculaire
  • Appétit augmenté
  • Perte de poils
  • Augmentation de la quantité de boisson
  • Augmentation de la quantité d’urines
  • Comportement nerveux, très actif voire irritable
  • Miaulements
  • Selles abondantes et volumineuse.
    Plus rarement, on observe des vomissements ou de la diarrhée.

Quels sont les examens nécessaires ?

L’hyperthyroïdie est généralement facile à diagnostiquer, et nécessite la mesure de la quantité de thyroxine (T4) dans le sang, ou thyroxinémie. Lorsque la valeur de la thyroxinémie est normale mais que les symptômes cadrent bien avec cette maladie, il peut être nécessaire de renouveler la prise de sang après quelques semaines.
Dans certains cas, on veut connaître la cause exacte de l’hyperthyroïdie. On réalise alors un scanner pour localiser la tumeur, puis des biopsies pour en déterminer la nature. Un examen échographique du cœur et un bilan sanguin plus complet sont également souvent indiqués.

Quel est le traitement ?

Lorsqu’elle n’est pas traitée, l’hyperthyroïdie évolue, et les symptômes deviennent de plus en plus marqués. Les chats deviennent de plus en plus maigres et faibles. C’est pourquoi il convient de traiter tous les chats hyperthyroïdiens présentant des symptômes francs de la maladie.

Le traitement vise à rétablir l’état de santé du chat. Il peut être constitué :

  • De méthimazole, un médicament existant sous forme de comprimés ou de sirop et qui bloque la fabrication de la thyroxine. La posologie initiale doit toujours être basse, et doit être ajustée tant que les résultats escomptés ne sont pas au rendez-vous. Les effets secondaires de ce traitement, rares, sont une perte d’appétit ou des vomissements, des troubles du foie et des globules rouges.
  • Une alimentation spécifique volontairement carencée en iode, qui est un élément utilisé exclusivement par l’organisme pour fabriquer la thyroxine. Il faut que le chat mange exclusivement cet aliment pour que ce soit efficace, et tous les chats ne l’acceptent pas, mais c’est une bonne alternative aux médicaments.
  • Une opération chirurgicale, visant à retirer le lobe thyroïdien concerné par la tumeur lorsque c’est possible. L’avantage est que cette technique peut être définitive.
  • La radiothérapie est une alternative peu accessible en pratique dans nos régions.

Quel est le pronostic ?

Les traitements de l’hyperthyroïdie étant efficaces et généralement bien supportés, cette maladie est de bon pronostic. Une fois traités, la majorité des chats retrouvent une qualité de vie tout à fait convenable. Toutefois, trouver la posologie adaptée à chaque individu peut être long et demander plusieurs bilans successifs. Et lorsque le chat souffre en parallèle d’une maladie rénale ou tumorale, traiter l’hyperthyroïdie peut ne pas être la priorité. Il faut alors peser le pour et le contre du traitement.